Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux collecteurs automatiques ont été installés mercredi dans l'ancienne centrale nucléaire de Lucens (VD). Avec des prélèvements toutes les 12 heures, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) veut poursuivre sa surveillance des émissions de tritium et essayer d'en connaître l'origine.

Malgré les dernières nouvelles rassurantes sur les niveaux de tritium qui ont montré qu'il n'y avait pas de contamination de l'environnement, les responsables continuent leurs recherches. Les collecteurs permettront de contrôler l'eau d'infiltration sous la caverne du réacteur et dans le bassin principal où sont réunies toutes les eaux récoltées, explique Sybille Estier, cheffe de la section radioactivité de l'environnement à l'OFSP.

Longtemps, les niveaux de tritium n'ont alerté personne, mais fin 2011 et début 2012 une hausse a été constatée. Sans que cela signifie un danger quelconque, précise la responsable: dans le bassin principal, un pic de 230 Becquerel par litre (Bq/l) a été mesuré alors que la valeur limite légale est de 12'000 Bq/l.

Deux hypothèses

Avec les collecteurs automatiques, l'OFSP entend non seulement surveiller, mais espère aussi déterminer l'origine de la hausse. Il y a deux hypothèses: soit il s'agit de restes de la contamination du coeur du réacteur accidenté, soit c'est de l'eau lourde contenant du tritium qui a été rejetée dans la roche de la caverne aujourd'hui entièrement bétonnée.

Les spécialistes de l'époque ont estimé qu'il manquait 400 grammes de combustible nucléaire entre ce qui a été mis dans la centrale et ce qui en a été extrait après l'accident de 1969. Ces 400 grammes sont diffusés, ce n'est pas un bloc que l'on pourrait détecter, relève Sybille Estier.

Avec les collecteurs, on espère savoir d'où ça vient, note Christian Pittet, responsable du site de Lucens, qui abrite aujourd'hui les biens culturels du canton de Vaud. "Mais on ne s'attend pas à une résurgence d'autres pics de tritium", juge Sybille Estier. Autre nouvelle rassurante, les recherches de césium et de strontium n'ont pas permis de déceler quoi que ce soit de remarquable.

ATS