Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des chercheurs de l'Université de Lausanne (UNIL) sont parvenus à montrer comment le "bon" cholestérol protège du diabète. La molécule fait en sorte que les cellules du pancréas productrices d'insuline travaillent normalement malgré des conditions délétères.

Le diabète de type 2, en progression rapide à l'échelon planétaire, est caractérisé par une glycémie anormalement élevée. Ce dérèglement est engendré, d'une part, par une capacité réduite des tissus à répondre à l'insuline, l'hormone-clé contrôlant la glycémie, et d'autre part par un défaut de sécrétion de l'insuline par le pancréas.

Taux élevé d'acides gras

Plus spécifiquement, il a été démontré que le taux élevé d'acides gras circulant dans le sang favorise le développement d'un diabète. On observe alors que les récepteurs cellulaires à l'insuline ne sont plus activés aussi efficacement. Il s'ensuit que le glucose pénètre moins bien dans les cellules et s'accumule dans la circulation sanguine.

La glycémie augmente et induit à son tour une hypersécrétion d'insuline par les cellules bêta du pancréas. Soumises pendant plusieurs années à ce régime, ces dernières s'épuisent, parfois jusqu'à la mort.

Mécanismes mystérieux

Le "bon" cholestérol HDL (high density lipoprotein) est connu pour diminuer les risques de développer la maladie, mais les mécanismes de protection demeuraient mystérieux.

Les HDL sont induits notamment par une alimentation riche en acides gras polyinsaturés, les fameux oméga 3, mais également par la pratique régulière d'exercice. A contrario, fumer diminue les taux de HDL.

L'équipe du Pr Christian Widmann, du Département de physiologie de l'UNIL, s'est focalisée sur le travail du "réticulum endoplasmique" des cellules bêta du pancréas.

Conditions de stress

Dans le cas où les cellules bêta doivent chroniquement augmenter leur production d'insuline, le réticulum endoplasmique peut être mis sous stress: les protéines qui y transitent n'adoptent plus leur bonne conformation, le flux est ralenti et les protéines s'y accumulent. Sur la durée, la fonction de la cellule bêta peuvent être compromises.

Mimant les conditions de stress engendrées par l'obésité dans des cultures de cellules bêta, les scientifiques ont pu démontrer qu'en présence de "bon" cholestérol, le réticulum endoplasmique continue à bien fonctionner.

ATS