Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les enquêteurs ont pu établir jeudi que l'explosion dans laquelle une femme et sa fille ont trouvé la mort mardi à Yverdon-les-Bains (VD) a été causée par du gaz. L'origine de ce gaz n'est toutefois pas encore connue, a indiqué la police cantonale.

Les analyses ADN ont en outre permis d'identifier formellement la fillette de 5 ans, a précisé Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police vaudoise. Sa mère, âgée de 31 ans, avait pu l'être mercredi déjà.

Les investigations vont se poursuivre vendredi et une partie de la semaine prochaine. Les spécialistes de la brigade incendie vont passer l'immeuble sinistré au peigne fin pour déterminer d'où venait le gaz qui a soufflé mardi l'appartement du quatrième étage où se trouvaient les deux victimes.

Si les trois immeubles contigüs étaient bien reliés au gaz, aucun consommateur n'était recensé au numéro 39, ni au 37. Au 41, la chaudière fonctionnait au gaz et au moins un appartement était relié.

Inhabitable durant 6 mois

Les locataires devront encore faire preuve de patience avant de pouvoir récupérer leurs affaires. Seuls les enquêteurs peuvent accéder aux appartements pour le moment.

Le bâtiment sera inhabitable pendant au moins six mois. Des mesures sont prises pour reloger la trentaine de locataires concernés dans l'intervalle. "Le bâtiment pourra être sauvé, la statique est bonne", a assuré M. Sauterel. Mais tous les appartements devront être entièrement refaits.

Les habitants du numéro 41 pourront regagner leur domicile d'ici 10 jours, à la fin de la semaine prochaine, a estimé le porte-parole. Ils seront logés en attendant à l'hôtel, dans des appartements de vacances ou chez des proches. Les dégâts y sont moindres, mais la sécurité des circuits d'approvisionnement en eau, gaz et électricité doit être minutieusement vérifiée. Les locataires du 37 ont pu rentrer chez eux mardi soir déjà.

ATS