Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une lycéenne de seize ans a été tuée dans un attentat à la bombe commis samedi devant un lycée de Brindisi, dans le sud de l'Italie. L'attaque a été qualifiée d'"atypique" par les autorités alors que les médias l'ont rapprochée des assassinats d'il y a 20 ans du juge anti-mafia Falcone.

La déflagration s'est produite vers 07h45 devant le lycée professionnel Morvillo Falcone, du nom du juge anti-mafia sicilien Giovanni Falcone et de son épouse Francesca Morvillo. Pour le proviseur, "l'attentat était fait pour tuer car les jeunes filles entraient juste à ce moment. Si cela avait été à 07h30, cela n'aurait pas eu de conséquences".

Une jeune fille de seize ans a succombé à ses blessures et une de ses camarades du même âge a été opérée et se trouve entre la vie et la mort. "Son état est très grave mais stable", a indiqué une responsable de l'hôpital.

Engin artisanal

Selon les premiers éléments de l'enquête, la bombe était un engin artisanal formé de trois bonbonnes de gaz reliées entre elles et cachées dans des sacs à dos déposés sur un muret de ce lycée professionnel qui compte 600 élèves, en grande majorité des filles, et qui forme surtout aux métiers de la mode.

Trois autres jeunes filles grièvement touchées souffrent de brûlures sur tout le corps, et l'une risque de devoir être amputée des membres inférieurs, selon des sources sanitaires. Cinq autres personnes ont été soignées pour des troubles auditifs et parce qu'elles étaient sous le choc.

Gouvernement déterminé

Le président du Conseil Mario Monti a souligné la détermination du gouvernement à combattre le crime "sous toutes ses formes". Le cabinet prendra toutes les mesures pour éviter que le pays ne soit replongé dans un passé de "subversion", marqué par les meurtres mafieux et les attentats politiques.

L'attentat n'a pas été revendiqué. Certains médias ont toutefois fait le rapprochement avec le 20e anniversaire de l'attentat du 23 mai 1992 contre le juge Falcone. Pour tuer le magistrat, la mafia sicilienne avait enterré 500 kg de dynamite sous l'autoroute et l'avait fait exploser au passage de la voiture.

ATS