Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le palais des Américains est de plus en plus sensible au Gruyère helvétique.

KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN

(sda-ats)

Les Américains aiment le Gruyère. Les exportations hors Union européenne ont connu un record l'an dernier avec 4'640 tonnes, dont 3'119 t. pour les USA. Ce pays est désormais en tête devant l'Allemagne qui, malgré un léger fléchissement, totalise 3029 t.

En 2015, la production totale de Gruyère AOP a été de 29'048.7 t (29'833.2 t. en 2014), a indiqué l'Interprofession de Gruyère AOP (IPG) mardi devant la presse à La Joux (FR). Les ventes totales se sont élevées à 28'719 tonnes, dont 7'307 t. pour l'Union européenne (8'063 t. en 2014).

Avec 1'500 t vendues (2'200 t. en 2000), la France est en net recul. Cette situation s'explique notamment par une concurrence accrue des produits indigènes.

Forte concurrence

En Suisse, 14'593 t de Gruyère AOP ont trouvé preneur. L'IPG relève la perte des parts de marché dans le secteur industriel, en particulier à cause de la concurrence avec d'autres fromages, suisses ou étrangers.

Le prix du Gruyère a augmenté de 20 à 30% sur les marchés d'exportation. Pour expliquer cette hausse, l'IPG invoque l'abandon du taux plancher face à l'euro, la forte production, la chute des prix du lait ou encore l'embargo russe.

Pour garantir à l'entier de la filière une rémunération correcte, l'Interprofession du Gruyère AOP a décidé de maintenir ses prix, mais de limiter cette année la production à 90% de la quantité de Gruyère AOP. Spécialité saisonnière, la production de Gruyère d'Alpage n'est pas touchée par ces mesures.

ATS