Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - La pauvreté en Suisse sort de l'ombre. L'exposition itinérante "Si jamais", mise sur pied par la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS) veut donner une visibilité à la précarité au quotidien. Elle a démarré à Berne et St-Gall.
En 2010, Année européenne de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, la CSIAS entend faire de la pauvreté en Suisse un enjeu public. L'exposition permet aux visiteurs de se faire une idée de la vie des personnes touchées et de découvrir leurs soucis, leurs rêves et leurs perspectives.
Entre 1986 et 2006, le coût de l'aide sociale en Suisse est passé de 713 millions de francs à quelque 3,3 milliards, a déclaré Rolf Maegli, vice-président de la CSIAS et chef de l'aide sociale de Bâle-Ville.
Autrefois destinée à assister des personnes sans sécurité sociale, l'aide sociale devient de plus en plus une tâche permanente de l'Etat, a poursuivi M. Maegli. Les différents systèmes de sécurité ne sont plus suffisamment solides pour amortir les risques, a-t-il souligné.
Après Berne et St-Gall, "Si jamais" parcourra la Suisse alémanique. Sept escales romandes sont prévues entre août et novembre. L'exposition comprend quinze objets-clés - bornes vidéo, photos, notamment - placés parfois dans l'espace public afin d'interpeller les passants.
Des événements spécifiques permettront de discuter avec la population et d'en savoir davantage sur la pratique de l'aide sociale et du travail des assistants sociaux.
Une personne sur dix en Suisse est menacée de pauvreté, et un enfant sur vingt a besoin d'être soutenu par l'aide sociale, note la CSIAS.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS