Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Musée d'art et d'histoire de Fribourg (MAHF) a levé le voile mardi sur une de ses plus prestigieuses expositions organisées au cours de ces dernières années. Le public pourra découvrir dès vendredi "Sculpture 1500", consacrée à cet art que Fribourg a développé au plus haut niveau au 16e siècle.

"Un tel projet d'exposition et de publication représente une telle charge de travail qu'un musée ne peut en développer que tous les cinq à dix ans", a dit devant la presse la directrice du MAHF Verena Villiger.

Cette entreprise de longue haleine a commencé il y a presque 10 ans. Elle aurait été impossible sans le concours de l'Université de Fribourg et de sa chaire d'histoire de l'art médiéval, avec à la clé l'engagement financier du Fonds national suisse de la recherche scientifique et de l'Etat de Fribourg, a expliqué Mme Villiger.

Accepté en 2005, le projet a mobilisé pendant cinq ans une équipe composé de deux historiens, dont Stephan Gasser, commissaire de l'exposition, un restaurateur, Alain Fretz, et une photographe.

Prêts du Louvre

Sur la centaine de pièces exposées, seule une quarantaine provient du MAHF. Les autres ont été prêtées par des églises, des musées et des collections privées en Suisse et à l'étranger. A Paris, le Louvre et le Musée national du Moyen Age, également connu sous le nom d'Hôtel de Cluny, ont confié plusieurs oeuvres.

L'exposition repose sur deux piliers, d'une part la production de sculptures, d'autre part la fonction de celles-ci à l'époque. Les publications suivent le même schéma.

L'exposition présente plusieurs retables tels qu'ils ne pourront plus jamais être vus. Ils sont réassemblés à cette occasion, alors que panneaux peints et sculptures sont séparés depuis des siècles en des lieux différents.

L'exposition, visible jusqu'au 19 février 2012, est complétée par deux publications.

ATS