Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La participation de la Suisse à l'exposition universelle 2015 à Milan devrait coûter 23,1 millions de francs. Le Conseil fédéral a a demandé mercredi au Parlement de délier les cordons de la bourse. Environ un tiers des moyens devraient être financés par du sponsoring.

L'exposition universelle, qui se tiendra du 1er mai au 31 octobre 2015, est consacrée au thème "Nourrir la planète, énergie pour la vie". La participation revêt "une importance centrale pour la Suisse, en raison de la proximité géographique, culturelle et économique de l'Italie", selon le gouvernement.

Elle offre l'occasion unique de présenter la Confédération dans toute sa diversité culturelle et paysagistique et de mettre en valeur ses capacités de recherche et d'innovation, ainsi que son potentiel économique. L'Italie est le deuxième partenaire commercial de la Suisse.

Les organisateurs attendent près de 20 millions de visiteurs, dont 25% en provenance de l'étranger. Parmi eux, environ deux millions de personnes devraient venir de Suisse. Plus de 80 pays ont déjà confirmé leur participation.

Soutiens financiers d'entreprises

Sur le budget global helvétique de 23,1 millions, 21 millions seront consacrés à la conception, à la construction, au fonctionnement et au démontage du pavillon. Le reste de l'enveloppe est prévu pour le programme d'accompagnement en Italie et les activités de communication.

Un financement de 8 millions devrait être assuré par des tiers issus de l'économie privée, des cantons et des villes. L'organisme Présence Suisse a déjà reçu des réponses positives des cantons du Tessin, des Grisons, du Valais et d'Uri, ainsi que des villes de Bâle, Genève et Zurich. Des entreprises ont déjà promis des soutiens financiers.

Le pavillon suisse sera réalisé par la société netwerch, dont le projet "Confooderatio Helvetica" a été sélectionné en janvier par un jury. Le projet porte sur la disponibilité et la répartition de la nourriture dans le monde et incite les visiteurs à examiner leur propre comportement de consommation.

ATS