Toute l'actu en bref

L'ambassadeur de Corée du Nord Kang Chol à son arrivée à l'aéroport de Kuala Lumpur, juste avant son expulsion de la Malaysie.

Keystone/AP/VINCENT THIAN

(sda-ats)

L'ambassadeur de Corée du Nord expulsé de Malaisie a tiré lundi une dernière salve de critiques à l'aéroport de Kuala Lumpur. Il a déclaré que l'enquête malaisienne sur l'assassinat du demi-frère du numéro un nord-coréen n'était pas impartiale.

Parallèlement, Pyongyang a ordonné l'expulsion de l'ambassadeur de Malaisie - déjà rappelé en février pour consultations par Kuala Lumpur - en représailles à celle de son ambassadeur.

L'ambassadeur nord-coréen Kang Chol a quitté la Malaisie sur un vol de Malaysia Airlines pour Pékin en début de soirée, selon un responsable malaisien. Peu de temps avant, des policiers lourdement armés avaient formé un cordon de sécurité devant l'entrée de l'ambassade de Corée du Nord, tandis que des véhicules de police et des motards étaient stationnés à proximité.

"Le ministère des Affaires étrangères de (la Corée du Nord) annonce que l'ambassadeur de Malaisie est persona non grata (...) et exige son départ" dans les 48 heures, a écrit l'agence officielle KCNA juste après le départ de l'ambassadeur nord-coréen.

Conclusions rejetées

La Malaisie avait donné samedi 48h à l'ambassadeur pour partir, nouvelle escalade dans la brouille qui oppose les deux pays depuis l'assassinat de Kim Jong-Nam, 45 ans. Il a succombé le 13 février à l'aéroport de Kuala Lumpur à une attaque au VX, un agent neurotoxique si puissant qu'il est considéré comme une arme de destruction massive.

L'ambassadeur Kang Chol a été déclaré persona non grata par les autorités malaisiennes après avoir exigé en vain de Pyongyang des excuses pour avoir remis en cause l'impartialité de l'enquête. La Corée du Nord a rejeté les conclusions de l'autopsie et soutient que la victime est décédée d'une crise cardiaque.

Peu avant son départ à l'aéroport de Kuala Lumpur, l'ambassadeur a réitéré ses critiques sur l'enquête. Les investigations ont été mal "orientées par la police malaisienne. Ils ont procédé à une autopsie sans consentement et participation de l'ambassade de la Corée du Nord et arrêté plus tard un citoyen nord-coréen sans preuve indubitable sur son implication dans l'incident", a déclaré M. Kang.

Le sport aussi touché

Les tensions se sont étendues au sport. Les autorités malaisiennes ont en effet interdit lundi à l'équipe nationale de football de disputer un match de qualification pour la Coupe d'Asie des nations à Pyongyang, citant des menaces sur la sécurité des ressortissants du pays.

Huit Nord-Coréens sont soupçonnés d'avoir joué un rôle dans l'embuscade tendue à la victime. Quatre d'entre eux ont fui la Malaisie le jour de l'assassinat. Et Kuala Lumpur a été contraint vendredi de libérer l'unique suspect nord-coréen détenu dans cette affaire, faute de preuves.

ATS

 Toute l'actu en bref