Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Chaque siège perdu par un parti aux élections fédérales signifie une baisse des indemnités perçues par son groupe parlementaire. Pour les plus petits partis, ces restrictions peuvent entraîner des réductions du personnel. C'est le cas par exemple chez les Verts.

"Nous cherchons toutefois d'abord des sources de recettes alternatives, a dit la secrétaire générale Miriam Behrens, interrogée mercredi par l'ats. Comme une diminution du nombre de postes serait synonyme de baisse des prestations, les responsables du groupe parlementaire cherchent en ce moment "des solutions créatives et solidaires". Les Verts ont perdu 5 sièges au National.

Chaque groupe parlementaire touche annuellement de la Confédération un montant de base de 144'500 francs, auquel s'ajoute une somme de 26'800 francs par député. On arrive ainsi à environ 1,9 million pour le groupe UDC, 1,5 million pour le PDC/PVL/PEV, 1,46 million pour le PS, 1,4 million pour le PLR et 790'000 francs pour les Verts.

Mesures possibles

Du côté de l'UDC, qui perd 4 sièges au National par rapport à la fin de la législature, il est "beaucoup trop tôt" pour évoquer les conséquences, a dit son secrétaire général Martin Baltisser. La question ne peut pas être posée maintenant, car il demeure trop d'incertitudes liées aux deuxièmes tours pour le Conseil des Etats et aux ralliements éventuels d'élus de petits partis. M. Baltisser n'exclut toutefois pas qu'il faille "prendre des mesures".

Au PLR, qui perd 5 sièges au National, le secrétaire général Stefan Brupbacher se montre encore moins loquace, car le parti se concentre en ce moment entièrement sur le maintien de ses sièges à la Chambre des cantons et au Conseil fédéral. "Nous verrons ensuite ce que nous aurons et nous ferons le budget. Notre structure est suffisamment souple pour compenser si nécessaire", explique le secrétaire général.

Au PDC, qui perdra notamment les 5 élus vert'libéraux qui siégeaient dans le groupe, le budget n'a pas encore été établi non plus, explique le secrétaire général Tim Frey.

ATS