Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A quelques jours des élections fédérales, les présidents de parti sont soumis à de fortes tensions. Alors que le chef du PS Christian Levrat qui "aime ça", fait du vélo et joue aux échecs pour décompresser, Toni Brunner boit du lait de ses propres vaches.

Et pour se distraire l'esprit et se reposer, rien ne vaut le travail dans sa ferme, a lancé le président de l'UDC. Du côté du PDC, Christophe Darbellay dit ne faire "aucune préparation mentale particulière, pas de yoga". Le patron du PLR Fulvio Pelli avoue également ne pas vraiment ressentir le stress. "Je m'amuse même", a-t-il indiqué.

Il a précisé toutefois courir "un peu", pédaler et essayer "de bien dormir" pour garder la forme. Le Tessinois affirme arriver à réduire la pression en évitant de se fâcher: "je prends les choses avec distance", a-t-il expliqué.

Une fondue

"C'est fatiguant, mais exaltant", s'est pour sa part exclamé le président des Verts Ueli Leuenberger. Pour lui, rien ne vaut le contact avec les militants de son parti, par exemple, en prenant le temps de manger une fondue avec eux entre deux distributions de prospectus.

Pour éviter la fatigue, le chef des Verts'libéraux, Martin Bäumle, mange des fruits pour les vitamines et veille à dormir assez et à se garder des moments de calme.

ATS