Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les dépenses électorales pour tous les candidats des fédérales 2011 se sont montées à 30,5 millions de francs, selon l'étude Selects. Les différences entre les partis sont flagrantes: 7,7 millions pour l'UDC, contre 2,4 millions pour les Verts.

Environ 7,1 millions sont à mettre au compte du PLR et 4 millions à celui du PS, selon la Fondation suisse pour la recherche en sciences sociales (FORS), qui a interrogé les 3547 candidats aux Chambres fédérales, dont 1676 ont répondu. Les dépenses pour les candidats du PDC se sont élevées à 3,8 millions de francs, contre 3 millions pour le PBD et 3 millions également pour le PVL.

Chaque candidat a donc déboursé environ 6 francs par citoyen. Comme la participation s'est montée à environ 50%, il a en réalité dépensé 12 francs par électeur.

15'000 francs de leur poche

Les candidats sondés ont mentionné trois sources de financement: leur parti, les dons de particuliers et d'institutions ainsi que leur fortune privée. En moyenne, les personnes qui briguaient un siège ont payé elles-mêmes environ la moitié des frais occasionnés par leur campagne.

Celles qui ont été élues ont investi en moyenne 15'000 francs de leur poche, contre 22'000 provenant de dons ou du parti. Les candidats non-élus ont pour leur part déboursé 3444 francs, contre environ le même montant issu des deux autres sources de financement.

Plus de dons à l'UDC

Les candidats UDC ont dépensé environ 10'000 francs dans leur campagne électorale. Pour le PS, le montant ne représente qu'un quart de cette somme, soit 2600 francs.

Les personnes qui représentaient les couleurs de l'UDC ont été les plus habiles à récolter des dons, avec une moyenne de 6200 francs. Les candidats PLR recueillent chacun près de 4000 francs de dons. Cette manne est bien plus faible chez les Verts (699 francs).

L'enquête montre aussi des différences significatives entre les hommes et les femmes. Les premiers ont consacré environ 5000 francs à leur campagne, contre 3000 pour les femmes.

ATS