Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il n'y aura pas de nouveau décompte des suffrages dans la course au Conseil national dans le canton de Berne. L'UDC Werner Salzmann ne fera pas recours après avoir été devancé d'une seule voix par son colistier Jean-Pierre Graber, premier des viennent-ensuite.

Le Jura bernois pourra donc continuer à être représenté au National pour autant qu'Adrian Amstutz soit réélu le 20 novembre au Conseil des Etats. Si le candidat UDC de l'Oberland conserve son siège aux Etats, il libère en effet une place pour le suppléant sur la liste UDC pour le Conseil national.

Signe pour le Jura bernois

Victime d'une erreur de transmission des résultats, Werner Salzmann dit avoir pris cette décision pour que la partie francophone du canton de Berne continue d'avoir un représentant au Conseil national. Il veut ainsi marquer son attachement pour cette région. Candidat malheureux, il affirme n'avoir subi aucune pression de la part de son parti pour renoncer à déposer plainte.

Werner Salzmann a expliqué que même un résultat avec une seule voix d'écart devait être accepté. A l'appui de sa décision, il a ajouté qu'un nouveau décompte des suffrages aurait nécessité un important dispositif. Il appelle les citoyens du Jura bernois à voter pour Adrian Amstutz pour permettre la réélection de Jean-Pierre Graber.

Cafouillage

Annoncé 10e dimanche, le francophone Jean-Pierre Graber a gagné une place après un nouveau décompte lundi, devançant alors son collègue Werner Salzmann d'une voix: 89'250 suffrages contre 89'249. Dans un premier temps, Werner Salzmann avait 38 suffrages d'avance et se classait comme premier des viennent-ensuite.

La vice-chancelière du canton de Berne a précisé comment l'erreur de la commune d'Eschert, dans le Jura bernois, s'était produite dimanche: ce sont les résultats provenant d'un test qui ont été transmis à la chancellerie cantonale.

ATS