Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le National s'émiette au centre-droit. Vert'libéraux et PBD raflent ensemble treize sièges de plus, au détriment des grands partis. UDC (-8), PLR (-5), PDC (-3), mais aussi les Verts (-5) perdent des plumes. Le PS s'en tire mieux en consolidant son assise au parlement, passant de 43 à 46 sièges.

Une grosse panne informatique dans le canton de Vaud a fait durer le suspense sur les résultats définitifs jusqu'à lundi en fin d'après-midi. Le canton a présenté ses excuses pour ce retard, mais n'a pas été en mesure de livrer les forces électorales des partis (pourcentages). Leur publication est attendue mardi.

Coup d'arrêt pour l'UDC

L'UDC n'a pas atteint ses objectifs mais reste le premier parti de Suisse avec 54 sièges. Ce sont huit de moins qu'en 2007, mais seulement cinq de moins qu'à la fin de la dernière législature, la création du PBD ayant réduit sa députation dès 2008. Ce recul de l'UDC constitue le premier coup d'arrêt à sa progression continue depuis 1991.

Les socialistes obtiennent trois mandats de plus et en comptent 46 au total. Le parti gagne deux élus dans le canton de Vaud, un à Fribourg, en Valais et à Soleure, mais cède un fauteuil au Tessin. A Glaris, le siège socialiste conquis en cours de législature par le PBD reste aux mains de ce parti.

Isabelle Chevalley élue

Les bourgeois-démocrates auront quatre sièges de plus qu'à la dernière session, soit neuf au total et toujours aucun en Suisse romande. Il n'est toutefois pas certain que cela suffira à sauver le poste de la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf.

Les Vert'libéraux pourront former le groupe parlementaire désiré. Ils quadruplent leur représentation au National avec douze élus. La Vaudoise Isabelle Chevalley est la première - et unique - Romande à faire son entrée à la Chambre du peuple pour le PVL.

Fulvio Pelli a tremblé

Donné grand perdant dans l'affaire, le PLR cède finalement cinq mandats pour en détenir 30. Le Mouvement Citoyens genevois (MCG) en profite pour faire son entrée sous la coupole avec l'avocat Mauro Poggia. Un des trois fauteuils du PLR au Tessin a été perdu et le président du parti national Fulvio Pelli n'a sauvé son siège que de justesse.

Le PDC continue sa chute, ce qui lui coûte trois mandats. Avec 28 fauteuils, il reste derrière le PLR. Dans le Jura, il reprend à l'UDC le siège volé il y a quatre ans par Dominique Baettig, mais abandonne un mandat dans son fief du Valais, celui du Haut-Valaisan Roberto Schmidt.

Gauche affaiblie

L'émergence de nouveaux partis au centre-droit affaiblit aussi la gauche. Les Verts perdent cinq élus, dont un dans le canton de Vaud. Ils n'en disposent plus que de quinze. Le gain du PS ne compensera pas cette chute. D'autant que l'extrême-gauche disparait du National.

Le bilan est nul pour le Parti chrétien-social. Comme attendu, la Fribourgeoise Marie-Thérèse Weber-Gobet doit quitter le Parlement, mais un PCS fait son entrée pour le canton de Nidwald. La Lega double sa représentation à Berne avec deux membres.

ATS