Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Syndicats et orateurs de gauche ont milité pour la justice sociale lors de la Fête du travail mardi, critiquant la politique de la droite et ses cadeaux aux nantis. Le cortège zurichois a été le plus fourni, avec 12'000 personnes, tandis qu'à Genève, la fermeture de Merck Serono était dans tous les esprits.

A Genève, environ 500 salariés du géant pharmaceutique ont pris part au défilé. Au total, près de 3000 personnes ont manifesté dans ce canton encore sous le choc de la mauvaise nouvelle tombée il y a une semaine.

Affluence à Zurich

A Zurich, quelque 12'000 personnes ont participé au cortège officiel, 2000 de plus qu'il y a un an. Le président de l'Union syndicale suisse (USS) et conseiller aux Etats saint-gallois Paul Rechsteiner a appelé la gauche à contrer l'UDC dans les agglomérations.

Le 1er mai est traditionnellement ponctué de violences dans la cité de la Limmat. Le canton et la ville se sont félicités en début de soirée de l'efficacité du dispositif sécuritaire mis en place. Seules quelques échauffourées mineures sont à signaler avec une cinquantaine d'interpellations à la clé. Un policier a été blessé par une pierre à la tête.

Thèmes variés

Pour sa première participation à un 1er mai en tant que conseiller fédéral, Alain Berset a souligné à Fleurier (NE) que le développement social doit accompagner l'évolution économique. "Ce sont les deux faces du même franc", a souligné le chef du Département fédéral de l'intérieur.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a plaidé à Berne pour un meilleur équilibre travail-famille, et en particulier pour l'intégration des femmes dans le monde du travail. Chaque année, l'économie va chercher à l'étranger des dizaines de milliers de travailleurs alors que de nombreuses Suissesses bien formées n'exercent aucune activité professionnelle.

La Suisse subit "une évolution similaire à celle qu'a connue l'Angleterre sous Margaret Thatcher, mais plus silencieuse, plus sournoise", a déclaré le président du Parti socialiste Christian Levrat à Yverdon-les-Bains (VD).

ATS