Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'écurie Sauber risque de devoir chercher un nouveau motoriste pour 2018. L'accord annoncé à fin avril avec Honda semble avoir capoté, selon le portail web spécialisé "autobild motorsport".

L'équipe suisse de F1, approchée par l'agence ATS Sport, n'a fait aucun commentaire.

Selon des sources annoncées comme sérieuses, et qui seraient proches de McLaren, Honda aurait pris la décision de dénoncer l'accord en raison des changements de personnel au sein de Sauber, et notamment de la mise à l'écart de Monisha Kaltenborn. Celle-ci avait négocié l'accord avec le motoriste japonais, avant d'être écartée par les propriétaires du team.

Son successeur comme team principal n'a toujours pas été nommé. Frédéric Vasseur, qui semblait proche d'hériter du poste et qui a été présenté au personnel, serait désormais réticent à signer le contrat qui lui a été proposé par Longbow Finance SA. Sur les circuits, l'écurie suisse est dirigée ad intérim par le duo constitué par Beat Zehnder (team manager) et Jörg Zander (chef technique).

Honda propulse McLaren depuis trois ans, avec peu de succès. Le moteur japonais est loin du niveau de performance et de fiabilité de ses rivaux. Il se murmure aussi que Honda pourrait aussi se retirer totalement de la F1 en fin de saison, ce qui l'empêcherait évidemment aussi de motoriser les Sauber.

Le team suisse utilise des moteurs Ferrari depuis 1997. Une interruption de trois ans s'est produite de 2006 à 2009, quand les bolides d'Hinwil étaient propulsés par BMW.

Si l'accord avec Honda devait donc être annulé, Sauber devrait trouver un nouveau moteur. Le choix est restreint: poursuivre avec Ferrari, ou trouver un arrangement avec Mercedes ou Renault.

Tout espoir n'est cependant pas perdu. Amanda Hunt, porte-parole de Honda, a indiqué au site www.speedweek.com qu'elle ne commentait pas les "pures spéculations des médias".

ATS