Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Ce qui me préoccupe particulièrement, c'est l'information des citoyens européens touchés par le scandale", a dit la commissaire à la Justice, Vera Jourova.

KEYSTONE/EPA/OLIVIER HOSLET

(sda-ats)

La Commission européenne a demandé jeudi à Facebook de "coopérer pleinement" avec les enquêteurs européens sur le scandale Cambridge Analytica. Cette société a exploité les données personnelles de dizaines de millions d'utilisateurs du réseau social.

"Ce qui me préoccupe particulièrement, c'est l'information des citoyens européens touchés par le scandale", a dit la commissaire à la Justice, Vera Jourova. Elle s'exprimait lors d'un compte-rendu d'une discussion téléphonique "constructive et ouverte" avec la numéro 2 du réseau social américain, Sheryl Sandberg.

"On m'a dit que Facebook a commencé à informer les gens cette semaine", a ajouté Mme Jourova, dont les services avaient indiqué la semaine passée que les données de "jusqu'à 2,7 millions" d'Européens "pourraient avoir été transmises à Cambridge Analytica de manière inappropriée", et utilisées à des fins politiques.

Zuckerberg doit venir s'expliquer

"J'ai exhorté Facebook à coopérer pleinement avec les enquêteurs européens, également au plus haut niveau de l'entreprise", a indiqué la commissaire. Celle-ci dit avoir "conseillé" que le patron de l'entreprise américaine, Mark Zuckerberg, "accepte l'invitation" à venir s'expliquer devant le Parlement européen.

L'autorité britannique chargée de la protection des données, ainsi que l'autorité italienne de la concurrence, ont ouvert des enquêtes visant Facebook. L'instance de coopération des autorités chargées de la protection des données au sein de l'UE, le "G29", s'est également saisie du dossier, offrant son appui aux enquêtes nationales.

"Vérification approfondie" prévue

Facebook a confirmé jeudi à Mme Jourova que d'autres applications que celle liée au scandale de Cambridge Analytica ont pu "récolter les données personnelles des utilisateurs et de leurs amis" sur le réseau social.

"J'ai été informée que Facebook prévoit une vérification approfondie de toutes ces applications, mais que cela prendra beaucoup de temps", a dit la commissaire après sa conversation avec Mme Sandberg.

"Nous avons également discuté de la question plus large de l'impact sur les processus démocratiques et les futures élections", a-t-elle précisé, indiquant que la Commission et Facebook poursuivraient leurs échanges "au cours des semaines et des mois à venir".

Longuement auditionné cette semaine par des parlementaires américains, Mark Zuckerberg a fait amende honorable pour les "erreurs" passées de Facebook, acceptant le principe d'une régulation des acteurs du monde numérique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS