Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux jours avant la première cotation attendue des actions Facebook tient en haleine les investisseurs. Le géant des réseaux sociaux sur Internet a annoncé mercredi une augmentation de 25% du nombre de titres qui seront offerts à la vente.

Facebook a indiqué dans un nouveau document boursier qu'il allait mettre sur le marché plus de 421 millions d'actions, au lieu de plus de 337 millions annoncés jusqu'à présent. En cas de demande vraiment très forte, le nombre de titres mis en vente pourrait dépasser 484 millions.

Cette annonce intervient au lendemain du relèvement de la fourchette de prix des actions de 28-35 dollars à 34-38 dollars. Le total des fonds levés à la fois par l'entreprise et ses actionnaires pourrait donc atteindre 18,4 milliards de dollars (17,2 milliards de francs).

Le prix définitif, ultime étape de la marche vers l'entrée en bourse, doit être annoncé jeudi, au terme d'un processus que l'analyste Michael Pachter, de Wedbush Securities, a déjà qualifié de "comédie" tant il était prévisible que l'entreprise réaliserait une bien plus grosse opération que ce qui avait été annoncé il y a deux semaines à peine.

Demande écrasante

L'analyste Lou Kerner, fondateur du fonds Social Interner Fund, a assuré que le site Internet et ses banquiers avaient décidé de débloquer des parts supplémentaires en raison de "la très forte demande des investisseurs".

"La demande des investisseurs institutionnels américains a été bonne, mais la demande des consommateurs et à l'international a été écrasante", assure-t-il à l'AFP, en rendant compte de ses conversations avec des financiers travaillant à l'opération. "Quand la demande est très forte, il n'est pas inhabituel à la fois de relever le prix et le nombre de titres" proposés, ajoute-t-il.

En tout état de cause, cette décision ne fait que gonfler l'ampleur d'une opération qui est déjà de toutes façons la plus grosse entrée en bourse pour une entreprise de la net-économie, bien au-delà de Google en 2004, et qui se place dans le peloton de tête tous secteurs confondus.

ATS