Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les organisations de défense de la vie privée ont tancé, l'an dernier, l'entreprise sur sa gestion des données personnelles (archives).

KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

(sda-ats)

Facebook a interdit aux développeurs de logiciels d'utiliser la masse de données recueillies par le réseau social pour créer des outils de surveillance. Le groupe américain met ainsi un terme à un processus qui avait déjà été exploité par la police.

Les organisations de défense de la vie privée ont tancé, l'an dernier, l'entreprise ainsi que sa filiale Instagram. Elles se sont également prises à son concurrent Twitter, après un rapport de l'Union américaine des libertés civiles (ACLU) affirmant que les services de police américains avaient utilisé des données en matière de localisation et d'autres informations pour surveiller des manifestants à Ferguson et à Baltimore.

En réaction à ce rapport, les sociétés incriminées avaient alors interdit l'accès à leurs données à Geofeedia, le revendeur de données basé à Chicago qui a fourni les éléments à la police. Mais jusqu'ici les conditions d'utilisation de Facebook n'indiquaient pas de façon explicite l'interdiction d'un tel usage des données à l'avenir.

"Notre objectif est de rendre nos conditions d'utilisation explicite", a déclaré Rob Sherman, responsable de la protection des données personnelles chez Facebook, dans un message publié sur le réseau social.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS