Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Automobilisme - L'Audi R18 e-tron quattro du Suisse Marcel Fässler, accompagné de Benoît Tréluyer (Fr) et d'André Lotterer (All) a remporté la 80e édition des 24 Heures du Mans. Le trio avait déja gagné en 2011.
Marcel Fässler, Schwytzois de 36 ans, est donc monté pour la troisième fois consécutive sur le podium de la fameuse course. Il était deuxième en 2010 et était devenu l'an passé le premier Suisse à inscrire son nom au palmarès.
Partie en pole position, l'Audi N.1 a mené une bonne partie de la course et évité toutes les embûches, mais elle n'a été sûre de sa victoire que sur le coup de midi, quand Allan McNish, au volant de l'Audi hybride N.2, est parti à la faute dans les virages du karting et a perdu un temps précieux.
L'Audi N.1, première voiture hybride à remporter la mythique épreuve dont la première édition a eu lieu en 1923, a finalement bouclé 378 tours, terminant avec un tour d'avance sur la N.2 du trio Kristensen-McNish-Capello et trois tours d'avance sur la N.4 de Rockenfeller-Jarvis-Bonanomi, une Audi ultra non-hybride.
La Lola-Toyota du Biennois Neel, qui faisait équipe avec Nicolas Prost (Fr/le fils d'Alain) et Nick Heidfeld (All), 4e et première voiture privée, a évité de justesse un quadruplé historique de la marque aux anneaux.
Quant à Sébastien Buemi, sa course a été stoppée samedi après cinq heures de course lorsque son coéquipier Anthony Davidson (GB) a été sorti par un concurrent en train de se faire doubler. La Toyota, qui a fait une impressionnante cabriole, a été contrainte à l'abandon après cinq heures de course. C'était pourtant bien parti pour le Vaudois. Lors de son premier relais, Sébastien Buemi s'est montré l'homme le plus rapide en piste, et il était remonté jusqu'au 2e rang derrière l'Audi qui a finalement gagné.
Davidson a "deux vertèbres touchées" et sortira de l'hôpital lundi pour entamer une rééducation qui devrait durer trois mois. Le pilote anglais sera indisponible pour la suite immédiate du Championnat du monde d'endurance (WEC), dont la prochaine manche est prévue fin août à Silverstone. Son premier bilan de santé, juste après l'accident, faisait état de grosses douleurs au dos, le pilote étant conscient. Le diagnostic est finalement plus sérieux (vertèbres 11 et 12 touchées).

ATS