Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ex-président du club de football Neuchâtel Xamax Bulat Chagaev a été entendu lundi matin par le Ministère public neuchâtelois. C'est la première fois qu'il a été interrogé par la justice neuchâteloise depuis que celle-ci a repris l'ensemble de la procédure pénale contre lui.

"Il s'agissait d'une première audience au cours de laquelle des questions d'ordre général ont été posées", a indiqué lundi à l'ats le procureur général Pierre Aubert, revenant sur une information de la RTS. "De nombreuses autres vont suivre".

Défenseur de M.Chagaev, Jacques Barillon a souligné que son client n'a "jamais été prévenu formellement de blanchiment, infraction imaginaire dont d'aucuns l'ont cependant érigée d'entrée de cause en étendard pour lui nuire".

Le Ministère public va s'imposer une certaine célérité du moment que le prévenu est en détention, a précisé M. Aubert. La question de la levée de celle-ci n'a pas été posée lundi. C'est le tribunal des mesures de contrainte du canton de Neuchâtel qui aura à se prononcer.

Prolongation de la détention

Le procureur général est de l'avis que cette détention devrait être prolongée au-delà du 27 février. En l'état, M. Aubert est de l'avis qu'il est trop tôt pour se prononcer sur le délai supplémentaire qu'il demandera.

Le procureur général n'entend pas non plus se prononcer sur le calendrier des audiences. Il s'agit d'étudier les pièces du dossier et les documents fournis ou qui seront fournis.

Accusations contestées

Pour mémoire, M.Chagaev est prévenu de faux dans les titres et de gestion déloyale. Il est détenu depuis le 26 janvier, d'abord à Genève et depuis plus de 10 jours dans le canton de Neuchâtel. Comme il l'avait fait devant la justice genevoise, M. Chagaev conteste les accusations portées contre lui.

Bien qu'accessible, le procureur général n'en regrette pas moins un certain battage médiatique: "Ce qu'il y a de pire pour une enquête, c'est d'être faite en public, cela crispe tout le monde".

ATS