Toute l'actu en bref

Susanne Ruoff s'inquiète de la baisse du bénéfice de La Poste (archives).

KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

(sda-ats)

La Poste va débourser 20 millions de francs pour permettre à ses clients de payer en espèces le facteur dans les lieux sans bureau de poste. Cette solution est possible aussi longtemps que le bénéfice ne baisse pas trop, avertit la chef de La Poste Susanne Ruoff.

Le géant jaune va fermer quelque 600 bureaux de poste ces prochaines années. Pour permettre une transformation sans à-coups, les clients auront la possibilité de régler en liquide leurs factures au facteur dans les régions touchées par la restructuration.

De telles transactions sont déjà possibles dans les régions avec service à domicile. "L'expérience a montré que seul un petit groupe (de clients) désire cette prestation", déclare Mme Ruoff dans un entretien diffusé dimanche par la NZZ am Sonntag.

La chef de La Poste estime le coût pour compenser la fermeture des bureaux postaux à "bien plus de 20 millions de francs". Tant que la marge de manoeuvre est suffisante, La Poste ne va pas renoncer à ce compromis. "Mais si le bénéfice continue à chuter, nous ne pourrons alors plus investir".

Nouvelles sources de revenus

Mme Ruoff refuse de dévoiler le montant des économies réalisées avec la fermeture des bureaux de poste. La Poste saura en été quels sites seront fermés ou transformés en agence postale. Les discussions se poursuivent avec les cantons, ajoute-t-elle, soulignant que La Poste ne veut pas se comporter en "dictateur", mais recherche le dialogue, bien que la décision finale lui appartienne.

La Poste affiche un bénéfice de 558 millions de francs pour 2016, en baisse de 87 millions. Mme Ruoff s'inquiète que Postfinance, qui contribue depuis des années le plus au bénéfice de La Poste, devrait à nouveau être en 2017 en dessous de l'objectif.

Pour rester rentable, Postfinance doit trouver de "nouvelles sources de revenus indépendantes des taux", poursuit-elle. Cela inclut à long terme "la participation dans des entreprises jeunes et innovantes, actives dans les Fintech".

ATS

 Toute l'actu en bref