Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président de la Fédération internationale (IIHF), le Fribourgeois René Fasel, a tenu une conférence de presse à Paris. "C'est bien que le hockey soit ici", assure-t-il.

Le Mondial de hockey n'avait plus eu lieu en France depuis 66 ans. Il est revenu sur les traces de ses fondateurs. "On oublie que l'IIHF a été fondée en mai 1908 par la France, la Belgique, la Grande-Bretagne et la Suisse", s'est amusé à rappeler René Fasel. "Pour moi, c'est important de montrer le hockey dans des pays où ce sport n'est pas le numéro un. L'an prochain, nous irons au Danemark où ce n'est pas gagné d'avance."

Pour les organisateurs locaux, c'était un défi à relever dans un pays où le hockey figure en queue de liste des sports d'équipe, tant au niveau des pratiquants que de l'intérêt médiatique. Mais en dehors de l'enceinte de Bercy, la présence du hockey est discrète dans la capitale française. "Ils avaient voulu monter une fanzone mais avec les mesures de sécurité, ils auraient dû débourser 700'000 euros en plus", précise le Fribourgeois, qui a fait le déplacement de Cologne en TGV.

René Fasel a été naturellement questionné sur l'absence des joueurs de NHL aux prochains Jeux olympiques. Le président donne toujours la même réponse. "Je n'ai pas perdu espoir de les voir à PyeongChang. Je suis toujours en relation avec la NHL et le syndicat des joueurs. Ces derniers veulent venir au rendez-vous le plus important des sports d'hiver. Une décision définitive peut tomber jusqu'à début juillet."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS