Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Deux alertes à la bombe qui se sont révélées fausses ont tenu Paris en haleine pendant quelques heures mardi soir. Quelque 2000 personnes visitant la Tour Eiffel ou circulant aux abords du Champ-de-Mars ont été évacuées, tout comme la gare Saint-Michel du RER parisien.
"La société qui gère la Tour Eiffel a reçu un appel anonyme vers 20H20", a indiqué la Préfecture de police de Paris. Vers 23H30, la fouille méticuleuse de l'édifice, inspecté jusque dans ses parties mécaniques, n'avait rien donné et le dispositif de sécurité a été levé, a constaté un journaliste sur place. "C'est une fausse alerte", a confirmé la préfecture.
Alertes fréquentesCes alertes, fréquentes pour un bâtiment symbolique tel que la Tour Eiffel, monument payant le plus visité au monde (7 millions d'entrées), interviennent à l'avant-dernier jour d'une période de vigilance accrue décidée cet été par le Premier ministre François Fillon, qui courait jusqu'au 15 septembre.
Vigipirate, dispositif sécuritaire anti-terroriste, reste au niveau rouge (avant-dernier de la gradation), avec une attention particulière pour les sites touristiques symboliques.
Attentat en 1995Peu avant 21H00, les forces de police avaient procédé à l'évacuation de quelque 2000 personnes dans le calme aux abords de l'édifice, selon un officier de police sur place.
Parallèlement, la gare Saint-Michel du RER parisien a été évacuée durant environ une heure, après une autre alerte à la bombe. Cette même station avait été visée en juillet 1995 par un attentat à l'explosif revendiqué par le Groupe islamique armé (GIA algérien). Huit personnes avaient été tuées et 150 autres blessées.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS