Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lausanne - Le Tribunal d'arrondissement de Nyon a acquitté lundi les cinq policiers lausannois accusés notamment de faux témoignage. Il a jugé invraisemblable le sprayage punitif d'un jeune Erythréen début 2006 sur les hauts de Lausanne.
"Le tribunal ne croit pas à un complot général de la police", a expliqué le président. Il ne pense pas que les agents se soient accordés pour mentir à la justice et couvrir la bavure d'un des leurs, le matin du Nouvel An 2006.
Pour la cour, le récit du plaignant manque de crédibilité. Il est "peu vraisemblable" que l'adolescent, ait réussi à gagner à pied le centre-ville après avoir reçu du poivre. "Cette version ne tient pas", selon elle.
Victime en pleursDes témoins l'ont vu en pleurs, les yeux rouges. Après une nuit blanche et bien arrosée, ce fait n'est "pas très significatif", a estimé le président. D'autant plus que ses amis n'ont pas signalé la forte odeur de poivre, ni les taches orangées qu'aurait dû laisser le spray.
Le tribunal a écarté le témoignage de l'ancienne inspectrice qui a dénoncé l'affaire, après avoir recueilli les "confidences" d'une des inculpées. "Il ne faut pas confondre des faits avérés et ceux entendus pas ouï-dire", a ajouté le président, relevant de nombreux "indices d'exagération".
Recours probableLa cour a libéré les policiers des accusations de lésions corporelles simples, d'entrave à l'action pénale et de faux témoignage. L'abus d'autorité, pour avoir emmené l'adolescent loin du centre-ville, est également abandonné.
Le plaignant va déposer une déclaration de recours. "Nous verrons ensuite si nous maintiendrons ce recours ou non", a dit son avocate.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS