Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - La FIFA a posé un ultimatum à l'Association suisse de football (ASF). Si l'ASF n'a pas puni le FC Sion d'ici au 13 janvier 2012, elle sera suspendue.
Dans un communiqué, la FIFA exige que l'ASF applique l'interdiction de transferts, qui n'a pas été respectée par Sion cet été. La FIFA somme également l'ASF de "sanctionner l'attitude d'un club qui essaie constamment d'échapper à l'interdiction de la FIFA en abusant des procédures juridiques", a-t-elle écrit.
L'institution présidée par Sepp Blatter a notamment justifié cet ultimatum avec le jugement du Tribunal arbitral du sport (TAS), qui a confirmé jeudi dernier l'exclusion du FC Sion de l'Europa League.
Toutefois, si les Valaisans sont punis sur la scène européenne, ils ne le sont pas (encore ?) au niveau suisse. Malgré les protêts de plusieurs équipes, le club présidé par Christian Constantin n'a pas perdu de points au classement.
La Swiss Football League (SFL) avait même rejeté l'ensemble des protêts le 8 décembre dernier. Cette décision est la conséquence de la fameuse "erreur regrettable" de la SFL, qui avait qualifié par erreur en août les six nouveaux joueurs du FC Sion.
"Tous les matches auxquels ont participé les joueurs concernés (réd: les six recrues estivales) doivent être perdus par forfait ou trois points doivent être déduits pour chacune de ces parties", a insisté la FIFA. "Si cela n'est pas respecté, la Fédération suisse sera automatiquement suspendue dès le 14 janvier", a-t-elle conclu.
Cette suspension concernerait toutes les branches de l'ASF, aussi bien les équipes nationales élite et juniors que les clubs helvétiques comme le FC Bâle en Ligue des champions. Réunie en urgence à Muri, l'ASF n'a pas encore précisément annoncé comment elle allait répondre aux exigences de la FIFA.
Selon le président de l'ASF Peter Gilliéron, il semble désormais irréaliste de punir Sion par des défaites par forfait. Le dirigeant pencherait donc plutôt pour une pénalité en termes de points. Selon Gilliéron, cette solution pourrait satisfaire la FIFA. "Nous ferons tout pour régler cette affaire", a-t-il promis, ajoutant que de "nombreuses et complexes questions juridiques" allaient se poser ces prochains jours.
En lice en février en 8e de finale de la Ligue des champions, le FC Bâle est particulièrement concerné par la menace de la FIFA. "C'est une situation désagréable", a reconnu Bernhard Heusler, vice-président du FCB. Il a comparé la position de son club à celle d'un auto-stoppeur qui n'aurait aucune influence sur le trajet emprunté.

ATS