Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - Roger Federer ne se cherchait pas d'excuse après sa défaite concédée face à Novak Djokovic en demi-finale à Roland-Garros.
"Il a bien joué, dans des conditions qui étaient difficiles. J'ai pour ma part eu du mal à garder la balle dans le court. Dans l'ensemble, ça a été une semaine difficile. Les conditions ne m'ont pas aidé, mais il n'y a pas d'excuse. J'ai essayé, ça n'a juste pas marché", pestait le Bâlois de 30 ans.
"Je pense que ça aurait été différent si j'avais gagné le deuxième set, mais cela n'a pas été le cas. J'ai joué de manière très agressive au début, et ça fonctionnait bien. Mais il était difficile de servir dans le vent. Et quand Novak a commencé à bien retourner, c'est devenu plus dur. Je me sentais bien dans le deuxième set, alors le perdre fut un coup dur", expliquait encore Roger Federer, qui reconnaissait avoir été "incapable de mettre (m)on tennis en place" dans la troisième manche.
L'homme aux 16 titres du Grand Chelem tentait tout de même de rester positif. "Une demi-finale, c'est un bon résultat pour tous les joueurs, même pour moi. J'espérais mieux évidemment, mais je n'ai pas été dans ma meilleure forme pendant toute la saison sur terre battue", soulignait Roger Federer, qui estimait avoir encore "du temps avant les JO et même avant Wimbledon", ses prochains grands rendez-vous. Le temps presse cependant, la prochaine levée du Grand Chelem débutant le 25 juin sur un gazon londonien où il tentera de triompher pour la septième fois.

ATS