Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le compteur de Roger Federer (no 2) reste désespérément bloqué à 17 titres du Grand Chelem.

Le Bâlois (34 ans) a subi dimanche à l'US Open son troisième échec consécutif en finale d'un tournoi majeur, s'inclinant 6-4 5-7 6-4 6-4 face à Novak Djokovic (no 1). Il a pourtant eu sa chance dans une finale qui a démarré avec plus de trois heures de retard en raison des averses de l'après-midi. Brillant dans le deuxième set, il a ainsi bénéficié de deux balles de break à 4-3 dans une troisième manche où Novak Djokovic avait mené 2-1 service à suivre avant de concéder son service dans la foulée.

Un break réussi dans ce huitième jeu aurait pu tout changer... Mais Roger Federer ne parvenait pas à saisir sa chance dans ce jeu crucial. Il manquait une attaque de coup droit sur sa première opportunité, et commettait la faute sur la deuxième. Le no 2 mondial creusait dans la foulée sa propre tombe en concédant le break sur une attaque de revers trop croisée. Il mena pourtant 40/15 dans ce jeu. Il perdait notamment un point qui lui aurait permis de mener 5-4 en reprenant de volée un passing shot qui semblait trop long...

Novak Djokovic ne laissait en revanche pas passer sa chance. Il écartait deux balles de 5-5, et concluait cette troisième manche sur sa première occasion. Beaucoup plus efficace que son adversaire sur les points importants, le Serbe en remettait une couche en signant le break d'entrée dans le quatrième set. Il enfonçait le clou en s'emparant une dernière fois du service adverse pour mener 5-2. Roger Federer retardait l'échéance en réussissant alors le break, et se procurait même trois balles de 5-5!

Mais l'efficacité n'était décidément pas au rendez-vous pour le Bâlois, qui terminait la partie avec un piètre 4/23 sur ses balles de break (6/13 pour son adversaire). Novak Djokovic écartait le danger à 5-4 et n'avait besoin que d'une balle de match pour s'imposer, armant un service gagnant après 3h20' de jeu avant de bomber fièrement le torse.

Cela fait maintenant un peu plus de trois ans que Roger Federer ronge son frein. Son dernier sacre majeur remonte à l'édition 2012 de Wimbledon, où il avait dominé en finale Andy Murray. Depuis, il a "manqué" trois réelles opportunités d'ajouter une ligne à son immense palmarès. Il était vraiment passé près de la victoire l'an dernier en finale à Wimbledon, s'inclinant après avoir bénéficié de la première balle de break du cinquième set. Et si Novak Djokovic avait dominé plus nettement les débats cet été à Londres, il semblait prenable dimanche soir.

Déjà sacré en 2011 à New York, Novak Djokovic affiche quant à lui désormais 10 titres majeurs à son palmarès. Soit un de moins que Björn Borg et Rod Laver. Le Serbe de 28 ans a signé cette saison le triplé Open d'Australie/Wimbledon/US Open, comme en 2011. Et il avait fallu un extraordinaire Stan Wawrinka pour le priver d'un Grand Chelem de carrière ce printemps à Roland-Garros.

ATS