Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Roger Federer aime les belles histoires comme celle vécue par Marcus Willis. Mais il s'est montré sans pitié pour le Britannique, battu 6-0 6-3 6-4 au 2e tour à Wimbledon.

Issue des pré-qualifications et 772e du classement ATP, Marcus Willis (25 ans) a pris un plaisir fou à jouer sur le mythique Centre Court londonien. Souriant et détendu, le gaucher britannique a d'ailleurs réalisé le premier "hot shot" de cette partie longue de 1h24', réussissant dans le troisième jeu un superbe lob gagnant de revers juste après s'être retrouvé à terre à la suite d'une glissade.

Marcus Willis - qui a levé les bras au ciel après avoir marqué son premier jeu pour revenir à 1-1 dans le deuxième set - n'a cependant jamais eu le droit de rêver à un exploit quasi inimaginable. Roger Federer ne lui a laissé aucune ouverture, effaçant avec autorité les deux balles de break auxquelles il a dû faire face (la première dans le troisième jeu du match, la deuxième à 2-3 dans le troisième set) et ne se privant pas de lui infliger un 6-0.

Le septuple champion de Wimbledon - qui n'avait plus réussi de 6-0 en Grand Chelem depuis l'US Open 2013 - s'est également fait plaisir mercredi, armant 37 coups gagnants pour seulement 14 fautes directes. Il a, surtout, témoigné d'une grande rigueur face à un joueur qui vaut mieux que son classement actuel. Et il a su attendre son heure dans la manche décisive, convertissant la première balle de break qu'il s'est procurée pour mener 5-4 service à suivre.

Roger Federer ne devrait pas non plus rencontrer de difficulté majeure au 3e tour, même si sa tâche s'annonce plus délicate. Il affrontera le fantasque Ukrainien Alexandr Dolgopolov (no 30), qui n'a jamais dépassé le stade du 3e tour sur l'herbe de Church Road, ou le Britannique Daniel Evans (ATP 91), qui a gagné à 26 ans moins de 20 matches sur le circuit principal.

ATS