Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Roger Federer (no 2) peut croire en son étoile.

Battu en cinq sets par Novak Djokovic (no 1) en finale de l'édition 2014 de Wimbledon, le Bâlois de 33 ans semble mieux armé encore pour vaincre le Serbe dimanche et conquérir un 18e titre du Grand Chelem rêvé depuis maintenant trois ans. Il avait souligné avant l'entame du tournoi que la semaine supplémentaire séparant la fin de Roland-Garros et le début de Wimbledon lui avait fait le plus grand bien.

Mieux préparé que jamais, Roger Federer abordera sa 10e finale sur le gazon londonien avec une réserve d'énergie intacte et une confiance totale en ses capacités. Il n'a lâché qu'un seul set et même qu'un seul jeu de service dans ses six premiers matches. Alors certes, ses cinq premiers adversaires n'avaient pas les moyens pour le gêner véritablement sur herbe. Mais le récital époustouflant livré vendredi en demi-finale face à Andy Murray (no 3) a convaincu les plus sceptiques.

"Ce n'était qu'une demi-finale", a-t-il lui-même tempéré. La tâche qui attend le septuple vainqueur du tournoi dès 15h sur le Centre Court de Church Road sera d'ailleurs plus compliquée encore. Novak Djokovic possède les mêmes caractéristiques techniques qu'Andy Murray, mais est légèrement supérieur à l'Ecossais dans tous les compartiments jeu.

Notamment plus offensif et plus véloce que le champion olympique 2012, Novak Djokovic s'est parfaitement remis de sa défaite subie face à Stan Wawrinka en finale à Roland-Garros. Son parcours londonien fut certes moins impressionnant que celui de Roger Federer, avec notamment ces deux sets perdus face à Kevin Anderson. Et il a souffert de l'épaule gauche dans sa demi-finale face à Richard Gasquet (no 21). Mais il répondra présent dimanche.

Sacré en 2011 et en 2014 à Wimbledon, Novak Djokovic est le meilleur joueur du monde. Son impressionnant bilan 2015 de 47 succès pour 3 défaites est là pour en témoigner. Roger Federer devra réussir un grand match pour avoir ne serait-ce que l'espoir de créer la surprise. Mais il en est parfaitement capable.

Roger Federer, qui peut devenir le plus "vieux" vainqueur de Wimbledon dans l'ère Open et le premier octuple lauréat du mythique tournoi britannique, l'avait d'ailleurs fait l'an dernier en finale. Il était virtuellement passé à un point de la victoire puisqu'il s'était procuré la première balle de break du cinquième set. Rien ne garantit qu'il évoluera au même niveau qu'en demi-finale. Mais rien ne permet non plus de penser le contraire.

ATS