Navigation

FEI: la princesse Haya pourra briguer un troisième mandat

Ce contenu a été publié le 29 avril 2014 - 16:19
(Keystone-ATS)

Genève - La princesse Haya de Jordanie pourra briguer en décembre un troisième mandat de présidente de la Fédération équestre internationale. Les statuts ont été modifiés à Lausanne.
La Fédération équestre internationale (FEI) a adopté une modification de ses statuts afin de permettre à sa présidente, la princesse Haya Al Hussein de Jordanie, de briguer un troisième mandat de quatre ans en décembre. La fille de l'ex-roi de Jordanie avait pourtant été à l'origine de l'instauration d'une limitation à deux mandats présidentiels de quatre ans, qu'elle avait fait passer peu après sa première élection en 2006.
Ce changement de statut a été approuvé par une large majorité de 103 fédérations nationales pour, et trois contre, lors d'une assemblée générale extraordinaire de la FEI à Lausanne.
Le mari de la princesse, le Cheikh Mohammad Ben Rached Al-Maktoum, souverain de Dubaï et Premier ministre des Emirats arabes unis, passionné d'équitation, possède une des plus prestigieuses écuries de pur-sang au monde, et la meilleure en endurance. Certains dénoncent ainsi un conflit d'intérêt au sein de la FEI, qu'ils jugent sous la dépendance des pétrodollars.
Le cheikh possède l'imposante écurie Goldophin, à Newmarket, au nord de Londres, dont la réputation a été sévérèment entachée par un scandale de dopage.
Une enquête de l'Autorité des courses britannique (BHA) avait démontré l'an dernier que des stéroïdes anabolisants avaient été administrés à une vingtaine de ses pur-sang. L'entraîneur Mahmood Al Zarooni avait été le seul sanctionné, écopant d'une suspension de huit ans.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.