Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les secteurs de la prison centrale de Fribourg qui hébergent des femmes et des mineurs doivent être fermés à très court terme. Cette recommandation à l'intention du Conseil d'Etat émane de la Commission nationale de prévention de la torture qui a inspecté l'établissement au printemps dernier.

"La situation des femmes et des mineurs est particulièrement préoccupante. Leur nombre réduit ne permet en effet pas pour l'heure d'aménager des conditions de détention adéquates pour ces deux catégories de détenus", déclare Jean-Pierre Restellini, le président de la commission dans son rapport publié mardi.

L'isolement dans lequel se trouvaient les deux détenues rencontrées par la délégation n'est pas conforme au regard du régime de détention qui devrait être le leur, ajoute la commission. La situation est encore plus problématique en ce qui concerne les mineurs qui doivent bénéficier de contacts sociaux, d'occupations hors cellule et de conditions de détention autrement plus souples que les adultes.

ATS