Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le personnel de Merck Serono, réuni en assemblée générale, a voté mardi pour une grève reconductible à partir de mercredi. Le personnel a ainsi manifesté sa colère à la suite du refus de la direction d'entrer en matière sur ses propositions.

La grève a été acceptée par les quelque 650 employés présents, moins 51 abstentions et trois votes négatifs, dans une atmosphère plus agitée que d'habitude et marquée par l'émotion.

"Nous ne sommes pas contents. La direction n'a lâché que quelques miettes, trois fois rien", a affirmé un représentant du personnel Hubert Godinot, en dénonçant "l'arrogance et le cynisme ahurissant" de la direction du groupe allemand.

L'assemblée a toutefois salué le soutien des autorités politiques genevoises et les "signaux encourageants" envoyés par la "task force". La grève décidée pour mercredi sera rediscutée lors d'une nouvelle assemblée mercredi après-midi pour les jours suivants.

Fermeture du site genevois confirmée

Plus tot dans la journée, la direction de Merck Serono avait confirmé sa décision annoncée le 24 avril de fermer son site de Genève. Elle a néanmoins accepté des améliorations de son plan social et mènera des discussions avec les employés pour des solutions de reclassement.

Le groupe pharmaceutique allemand a précisé "avoir retenu un certain nombre des propositions qui lui ont été remises dans le cadre du plan social qui sera mis en oeuvre, mais n'a pas pu retenir les propositions qui visaient à ce que la société maintienne des activités à Genève".

La firme explique qu'après examen, "les propositions du personnel ne pouvaient pas s'intégrer de façon viable ou applicable, compte tenu de la nécessité d'éliminer les doublons de fonction et les problèmes d'inefficacité afin d'assurer la compétitivité à long terme de la société".

Le 24 avril, Merck Serono avait annoncé le licenciement de 500 personnes à Genève, le transfert de 750 autres à Darmstadt (Allemagne), Boston (Etats-Unis), Pékin (Chine) et à Aubonne (VD, 130 postes) ainsi que la suppression de 80 postes dans le canton de Vaud. Toutes ces mesures sont confirmées.

ATS