Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus d'un millier de femmes travaillant dans le cinéma ont signé une pétition aux Etats-Unis pour protester contre l'absence de réalisatrices dans la compétition officielle du Festival de Cannes. Dès avant l'ouverture, un collectif de Françaises avait déjà dénoncé la sélection.

Le texte américain, intitulé "Mais où sont passées les réalisatrices ?", a été lancé cette semaine par 250 personnes, dont la productrice de "Toy Story 3", Darla K. Anderson, la réalisatrice Gillian Armstrong ou la féministe Gloria Steinem.

"Nous jugeons les films comme des êtres humains façonnés par nos expériences et nos points de vue. Il est donc vital qu'égalité et diversité prévalent au moment de sélectionner" les films en lice pour la Palme d'Or.

Préférences dénoncées

Plus globalement, les signataires dénoncent le fait que "certains sont toujours choisis" pour être en compétition. "C'est un peu comme une famille - Terrence Malick, Wes Anderson, Jane Campion. C'est très bien, mais il faudrait qu'il y ait plus de Jane Campion".

Dès avant l'ouverture du Festival de Cannes, une tribune d'un collectif de femmes est parue dans "Le Monde", dénonçant une sélection "exclusivement masculine de films en compétition". Le texte est signé entre autres par la réalisatrice Coline Serreau, la romancière et réalisatrice Virginie Despentes et la comédienne Fanny Cottençon.

Le Festival de Cannes ne sélectionnera "jamais un film qui ne le mérite pas simplement parce qu'il est réalisé par une femme", avait répondu le délégué-général de la manifestation.

ATS