Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Alors que le 7e Festival du film de Zurich prend fin dimanche, le palmarès a été dévoilé samedi soir. Deux cinéastes américains, un Autrichien et un Suisse s'imposent dans les quatre compétitions. Chacun a obtenu l'Oeil d'or, le prix principal de la manifestation.

L'Américain Jeff Nichols décroche l'Oeil d'or pour son thriller "Take Shelter" qui figurait dans la compétition internationale. Le jury salue ce film qui "explore de manière intime l'intuition que tout individu possède, mais souvent ignore", écrit le festival dans un communiqué.

Ce long métrage a déjà été honoré du Grand Prix du Festival du cinéma américain de Deauville le 10 septembre, ainsi que du Prix de la Semaine de la critique en mai dernier au Festival de Cannes.

Dresseur de chevaux

L'Oeil d'or de la compétition pour les documentaires internationaux revient à l'Américaine Cindy Meehl. "Buck" donne la parole à Buck Brannaman, dresseur de chevaux qui les apprivoise en utilisant les principes du respect et de la confiance.

La compétition réservée aux productions germanophones a été remportée par l'Autrichien Karl Markovics pour son film "Atmen" qui raconte le combat d'un ex-détenu pour se réintégrer à la société et qui finit par trouver un travail dans une morgue de Vienne. Le jury a été séduit par "le minimalisme poétique" et convaincu par la "grande maturité artistique" de l'ouvrage.

Hameau perdu

Les documentaires germanophones avaient aussi leur compétition. Celle-ci a été gagnée par "Darwin" du cinéaste suisse Nick Brandestini. Ce film s'intéresse aux habitants de Darwin, un hameau perdu au coeur du désert californien. Ceux-ci sont amenés à devoir vivre sans église, sans travail et sans enfant.

Le Prix du public salue le documentaire suisse "Unter Wasser atmen - Das Zweite Leben des Dr Nils Jent" (Respirer sous l'eau - La deuxième vie du Dr Nils Jent). Les réalisateurs Andri Hinnen et Stefan Muggli y montrent la volonté d'un jeune homme paraplégique pour retrouver une existence radicalement nouvelle.

ATS