Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Feu vert pour le financement de la 3e correction du Rhône en Valais

La loi sur le financement de la 3e correction du Rhône a été acceptée jeudi après-midi par le Grand Conseil valaisan (archives).

KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN

(sda-ats)

Le financement de la 3e correction du Rhône a été accepté jeudi en deuxième lecture par le Grand Conseil valaisan. Les Verts l'ont toutefois refusé et la gauche s'est abstenue.

Le texte de loi traite de la répartition du financement de la 3e correction du fleuve. La vingtaine de propositions de modifications ont été rejetées par le plénum, qui a adopté l'ensemble de la loi en deuxième lecture par 97 voix contre 10 et 14 abstentions.

Les Verts ont rejeté le texte car il "ne correspond pas à un financement réaliste et équitable". Un point de vue partagé par la gauche qui s'est abstenue.

Pas d'entreprises à la caisse

La majorité des députés ont retenu la première mouture du texte issue de la première lecture et maintenu à 2% la part des communes au financement de Rhône 3. Ils ont plafonné à 2,4 milliards de francs le montant des coûts que doivent se répartir les tiers (communes et CFF).

Il ne s'agit cependant que d'un plafonnement du montant pour l'appel à contribution et non du coût global du projet. Quant aux propriétaires fonciers, en particulier les entreprises et les grandes industries, ils ne devront pas passer à la caisse.

Pour les Verts et l'AdG, l'enveloppe retenue de 2,4 milliards de francs aurait plutôt dû s'établir à 3,4 milliards de francs. Ils auraient aussi souhaité que les entreprises contribuent au financement et que les communes y contribuent plus largement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.