Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après la tour Eiffel et la tour Montparnasse, un gratte-ciel de 180 mètres et en forme de pyramide va voir le jour à Paris. Le conseil de la ville a approuvé mardi sa construction, une première en plus de 40 ans dans la capitale française.

Le projet controversé de la tour Triangle, dessinée par le cabinet d'architectes suisses Herzog et de Meuron, avait été rejeté en novembre par l'assemblée parisienne. Il a finalement été adopté avec quelques modifications et grâce au revirement de plusieurs députés de droite et du centre.

"C'est l'épilogue heureux d'un grand projet pour Paris", a déclaré la maire de Paris Anne Hidalgo, qui s'est réjouie que le "tabou" de la hauteur ait été levé. "Je ne conduirai pas la politique de mon homologue à Londres, avec plus de 300 tours le long de la Tamise", a-t-elle cependant assuré.

Limitation à 37 mètres

La capitale française avait limité les hauteurs des nouveaux immeubles à 37 m au lendemain de la polémique soulevée en 1973 par l'érection de la tour Montparnasse, dont les 210 mètres dominent un paysage urbain horizontal, à l'exception de la tour Eiffel (301 mètres).

La tour Triangle, qui pourrait dresser sa silhouette imposante début 2020, sera édifiée à la porte de Versailles, à la limite sud de la ville. Elle est devisée à 500 millions d'euros provenant de fonds privés.

Haut de 42 étages, le bâtiment doit accueillir des bureaux, un hôtel quatre-étoiles de 120 chambres, un restaurant et un "sky bar" accessibles à tous, 2200 mètres carrés d'espace de "coworking" et un équipement culturel de 540 mètres carrés.

ATS