Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

David Ginola a créé une énorme surprise en annonçant sa volonté de se présenter à la présidence de la FIFA. Une démarche déjà parasitée par la présence à ses côtés d'un bookmaker irlandais.

"El Magnifico" contre Sepp Blatter ? L'affiche semble pour le moins farfelue et l'ancien joueur du Paris SG ou de Newcastle a lui-même reconnu dans une interview à Infosport qu'il n'avait "pratiquement aucune" chance d'être élu président de la FIFA le 29 mai prochain. "Mais si ça peut faire bouger les choses...", a-t-il plaidé.

Lors d'une conférence de presse organisée et diffusée par le bookmaker qui l'accompagne dans sa démarche, Ginola, 47 ans, a expliqué ce qui guidait sa candidature, sans donner beaucoup de détails.

"Il faut relancer le foot, car actuellement il y a beaucoup de déception quand on parle des problèmes du football. Le foot, c'est de la passion. La tâche est immense, c'est pour ça que j'ai besoin de votre soutien. Il ne doit pas y avoir de place pour le doute et la suspicion dans le foot. La confiance est ce dont nous avons le plus besoin", a-t-il poursuivi.

De fait, de nombreux observateurs et acteurs du monde du football réclament de grands changements à la FIFA, minée par les soupçons de corruption autour de l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar. Mais en mettant sa candidature sous le patronage d'une officine de paris sportifs, Ginola prend le risque de brouiller son message.

"Nous avons besoin d'argent pour la campagne", a-t-il dit pour expliquer la levée de fonds organisée par son partenaire sur le site dédié à sa candidature. La "TeamGinola" s'est ainsi fixé pour objectif de recueillir 2,3 millions de livres (environ 3 millions de francs).

Au-delà de la question financière, Ginola risque aussi de se heurter aux dispositions réglementaires. Les textes de la FIFA prévoient en effet que les candidats à la présidence doivent avoir joué un rôle actif dans l'administration du football, à l'échelon national ou international, pendant deux de ces cinq dernières années. Consultant ou présentateur télé, le Français ne remplit a priori pas ces critères.

Les candidats doivent en outre avoir obtenu le soutien d'au moins cinq fédérations membres de la FIFA. Ces parrainages, Ginola doit les obtenir avant le 29 janvier. "Ca ne sera pas facile et je le sais", a-t-il dit.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS