Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - L'Oeuvre suisse d'entraide ouvrière (OSEO) a fustigé un "bilan affligeant" deux mois après la fin du Mondial. Dans une étude, elle pointe du doigt une perte nette pour l'Afrique du Sud face à la hausse des bénéfices de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), organisatrice de l'événement.
"Fausses promesses, projections trop optimistes et espoirs déçus: (...) ce que le Mondial 2010 de football a réellement apporté à la population sud-africaine", selon l'OSEO. Son étude pointe notamment une "absence d'impact durable sur le marché de l'emploi" et une "augmentation des inégalités sociales".
Au lieu d'un gain initialement prévu de 4,9 milliards de rands (700 millions de francs), la Coupe du Monde aurait ainsi fait subir au pays une perte nette de 20 milliards de rands. De son côté, "la FIFA a enregistré, par rapport à la Coupe du monde 2006, une hausse de ses bénéfices de 50%", d'après un communiqué.
Joachim Merz, responsable du programme de l'OSEO en Afrique du Sud, se déclare profondément "désabusé", alors que "20 millions de Sud-Africains vivent dans la pauvreté et 12 millions d'entre eux n'ont pas de logement". Les milliards investis en vue du Mondial auraient pu être utilisés en faveur de ces gens, estime l'OSEO.
Contactée par l'ATS, la FIFA n'a pas commenté les critiques exprimées par l'OSEO.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS