Toute l'actu en bref

François Fillon: "On n'a jamais osé remettre en cause cette question de l'intervention de la justice américaine sur la vie des entreprises."

KEYSTONE/AP/DAVID VINCENT

(sda-ats)

La France et l'Allemagne sont d'accord pour considérer que l'Europe ne peut plus se laisser imposer les règles d'extraterritorialité du droit américain. Ni les décisions "extrêmement défavorables" du comité de Bâle, a déclaré lundi François Fillon.

Le candidat de la droite et du centre à la présidentielle française, qui s'est entretenu lundi à Berlin avec la chancelière allemande Angela Merkel, a par ailleurs affirmé que le cadrage macroéconomique de son programme, qui prévoit un déficit public supérieur à 3% du PIB, était "parfaitement compatible avec les objectifs allemands".

"Ce que j'ai dit à Mme Merkel, c'est que les réformes structurelles, elles seraient faites dans les trois mois qui suivront les élections présidentielles et que l'objectif que je me suis fixé (...), c'est justement d'arriver à l'équilibre des comptes publics en 2022", a-t-il dit à des journalistes.

"On est sur une trajectoire qui est parfaitement compatible avec les objectifs allemands", a-t-il estimé.

Discuter avec Washington

S'agissant des relations commerciales avec les Etats-Unis, "ce que j'ai suggéré à Mme Merkel, c'est qu'on mette en même temps tous ces sujets sur la table et qu'on aborde la discussion avec les Américains, non pas sur la défensive", a-t-il précisé.

"On n'a jamais osé remettre en cause cette question de l'intervention de la justice américaine sur la vie des entreprises. Vous ajoutez à ça le comité de Bâle qui est en train de prendre des décisions en matière de régulation du système bancaire qui sont extrêmement défavorables à l'Europe".

"Il y a une identité de vues entre les Français et les Allemands sur le fait qu'on ne peut pas se laisser imposer ces règles qui sont des règles qui sont faites pour les Etats-Unis, pour le système bancaire américain et qui sont des instruments totalement négatifs pour l'Europe", a-t-il souligné.

ATS

 Toute l'actu en bref