Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ciel grec, ici l'acropole d'Athènes, est en voie d'amélioration du point de vue budgétaire (archives).

KEYSTONE/AP/PETROS GIANNAKOURIS

(sda-ats)

La Commission européenne a recommandé mercredi la fin de la procédure disciplinaire contre la Grèce pour déficits excessifs après l'amélioration constatée de ses finances publiques. La décision était largement attendue.

Cet acte symbolique est nouveau signe du redressement du pays et augure de son prochain retour sur les marchés. "Notre recommandation de clore la procédure pour déficits excessifs pour la Grèce est un nouveau signal positif de stabilité financière et de redressement économique du pays", a déclaré le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis dans un communiqué.

Barre des 3%

Selon la réglementation européenne, les déficits publics d'un pays doivent représenter moins de 3% de son produit intérieur brut (PIB) sous peine de sanctions. Aucun pays n'a été pour l'instant condamné à une pénalité financière.

La Grèce a enregistré l'an dernier un excédent budgétaire représentant 0,7% de son PIB. Elle devrait enregistrer cette année un déficit représentant 1,2% de son PIB, un niveau nettement inférieur au plafond de l'Union européenne (UE).

La fin de la procédure doit maintenant être entérinée par les Etats de l'UE. Vendredi dernier, le Mécanisme européen de stabilité (MES) a annoncé avoir approuvé le déblocage d'une troisième tranche de 8,5 milliards d'euros (9,3 milliards de francs) dans le cadre du plan d'aide à la Grèce.

ATS