Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Après les faillites de Lausanne-Sports il y a huit ans et de Servette en 2005, un troisième grand club romand sombre dans les oubliettes.
La justice neuchâteloise a prononcé jeudi la faillite de Neuchâtel Xamax, après que le patron du club, Bulat Chagaev, a déposé le bilan plus tôt dans la journée.
Estimée à 8 million de francs ces dernières semaines, l'ardoise de Xamax, privé de surcroît de sa licence de jeu par la Swiss Football League, était trop lourde. D'autant que le club s'est vidé de sa substance avec le départ de plusieurs joueurs, échaudés par les difficultés et retards de salaire à répétition.
En début d'après-midi jeudi, Xamax a annoncé son dépôt de bilan. Et une heure plus tard, le juge Bastien Sandoz du Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers annonçait la sentence: "Vu l'avis de surendettement (...) de Neuchâtel Xamax SA, la faillite de celle-ci a été prononcée." L'annonce officielle de fin est actée au 26 janvier à 15h10.
Cette décision rend caduque l'audience de faillite prévue le 27 janvier, qui avait été fixée à la suite d'une requête de poursuites de l'agent de joueurs Ralph Isenegger contre le club.
Dans un communiqué, Neuchâtel Xamax annonce avoir libéré immédiatement les joueurs de leurs obligations. M. Chagaev - par ailleurs inculpé de faux dans les titres - est entendu ce jeudi également par le procureur genevois Yves Bertossa auquel il doit fournir les raisons et les explications du dépôt de bilan.
Son avocat Me Jacques Barillon précise que M. Chagaev - qui a racheté le club à Sylvio Bernasconi il y a huit mois - "n'a jamais eu d'autre intention que celle de faire prospérer un club et une région qu'il aime. Son but n'a jamais été d'en tirer un quelconque profit personnel."
Avec cette faillite, et à moins d'une entente avec le club de Serrières pour repartir en 1re ligue, Xamax pourra redémarrer au mieux en 2e ligue interrégionale la saison prochaine. Pour autant encore qu'il y ait une société repreneuse.
Deux fois champion de Suisse (1987 et 1988), deux fois quarts de finaliste de la Coupe UEFA (1982 et 1986), le club "rouge et noir" a fait rêver des générations de fans.

ATS