Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les travaux de remise en état après l'éboulement du 11 janvier à Wolhusen (LU) sont terminés. Les experts craignent toutefois qu'un nouveau pan de falaise s'effondre. Un projet visant à limiter les risques a été élaboré par le canton.

Les géologues qui ont examiné la falaise estiment qu'il existe un risque qu'un nouvel éboulement se produise, ont indiqué lundi les autorités des communes de Wolhusen et Werthenstein (LU). Le canton de Lucerne a élaboré un plan.

La première phase consiste à étudier différentes variantes et leur faisabilité afin de réduire les risques d'éboulements et d'inondations. Un rapport est attendu d'ici au printemps 2017.

Fuite de diesel

L'éboulement de janvier a aussi provoqué une fuite de quelques milliers de litres de carburant diesel. La nappe phréatique n'a pas été touchée. Les analyses ont toutefois montré que le sol a été contaminé jusqu'à une profondeur de 30 à 40 centimètres.

Des micro-organismes vont assez rapidement décomposer le diesel, précisent les autorités des deux communes. Il semble qu'il sera ainsi possible d'éviter l'opération coûteuse qui consiste à récolter, puis éliminer la terre contaminée.

Falaise nettoyée

La falaise a été nettoyée et sécurisée. Des zones instables ont été éliminées. Aucun explosif n'a été utilisé. Au total, quelque 12'000 mètres cubes de gravats ont été évacués.

Le 11 janvier vers 03h40, environ 5'000 mètres cubes de molasse se sont détachés d'une falaise d'une cinquantaine de mètres de hauteur près d'une zone industrielle et d'habitations à Wolhusen et sont tombés dans la Petite Emme, provoquant des inondations et d'importants dégâts. Il n'y a pas eu de blessé.

ATS