Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des milliers de supporters de football lucernois et bâlois ont envahi la ville de Berne mercredi après-midi dans l'attente du coup d'envoi de la finale de la Coupe de Suisse. En début de soirée, ils se sont mis en route en direction du Stade de Suisse. Aucun incident important n'a été signalé entre les groupes de fans.

La police cantonale bernoise avait déployé un important dispositif pour éviter tout débordement. Elle s'employait en particulier à canaliser les supporters des deux clubs afin d'éviter qu'ils n'empruntent la même route pour rejoindre le stade.

Objectif atteint, selon le directeur de la sécurité de la Ville de Berne Reto Nause, qui tirait un bilan "prudemment positif" en début de soirée. Le concept de sécurité a fonctionné et les deux camps sont restés séparés, même si les corollaires "habituels" n'ont pas manqué, tels les pétards ou les amas de déchets.

C'est peu après 15h00 que le train spécial avec les fans lucernois est entré en gare de Berne. Des centaines de supporters bâlois ont eux pris possession d'une place au centre de la capitale. Les deux trains spéciaux avec 2000 supporters bâlois supplémentaires sont arrivés vers 18h00. Une partie de la gare était alors momentanément fermée aux autres usagers et les commerces au sous-sol ont dû fermer.

La facture au contribuable

Les supporters lucernois ont ensuite entamé leur marche à travers les rues de Berne pour rejoindre le Stade de Suisse où devait se dérouler la finale de la Coupe de Suisse. Les fans bâlois ont pris une autre route, vers 18h30, pour rejoindre le lieu de la rencontre dans un cortège quelque peu bruyant, mais pacifique.

Sans donner d'indications sur le nombre d'agents engagés, la police bernoise n'a cependant pas fait appel à des renforts d'autres cantons. Seule certitude, c'est le contribuable bernois qui paiera la facture.

Supporters lucernois comme bâlois n'ont pas voulu que les trains spéciaux s'arrêtent à Ostermundigen ou à la gare du Wankdorf, à proximité du Stade de Suisse. Les clubs ont réussi à dicter leur volonté aux autorités et aux CFF.

ATS