Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Hockey sur glace - Berne a remporté 4-2 le premier match de la finale des play-off de LNA qui l'oppose aux Lions de Zurich. Le succès des joueurs de la capitale est mérité.
Dans un match où la discipline défensive a limité sérieusement les actions de but, les Bernois se sont montrés plus réalistes que leurs adversaires. C'est la ligne de parade Dumont-Ritchie-Berger, présente sur les trois premiers buts, qui a forcé la décision. Le retour inattendu de Domenico Pittis dans l'alignement zurichois n'a rien changé.
Quelques mauvais gestes ont émaillé le début de partie comme une vilaine faute de Blindenbacher sur Déruns, le revenant. Le Neuchâtelois, touché à la jambe, a serré les dents pour poursuivre la rencontre. Lui qui rejouait pour la première fois depuis sa commotion cérébrale subie contre Fribourg Gottéron portait d'ailleurs une visière colorée en jaune pour resteindre l'impact de la lumière.
Berne ouvrait le score a un moment très favorable. Il restait 26'' avant la première sirène lorsque Dumont, oublié par Ambühl, marquait à 5 contre 4. Les Zurichois égalisaient un peu contre le cours du jeu par Schäppi, qui surprenait Bührer d'un tir soudain (32e). Puis Dumont doublait son compte-buts en surprenant lui aussi Flüeler, masqué (38e).
Les joueurs de l'entraîneur Törmänen ne laissaient pas passer leur chance quand deux Zurichois se retrouvaient en même temps sur le banc. Furrer, d'un tir puissant, plaçait les Bernois sur la voie du succès (47e). Après un nouveau but de Martin Plüss (51e), Ambühl redonnait un léger espoir aux Lions à trois minutes du terme de la partie. Mais Bührer se montrait ensuite intraitable devant sa cage.
Jeudi lors de l'Acte II, les Lions devront faire preuve de beaucoup plus de réalisme pour essayer de peser sur la cage bernoise. Les attaquants Bärtschi, Monnet, Ambühl et Tambellini, très discrets à la PostFinance Arena, auront une revanche à prendre.

ATS