Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Basketball - Vainqueurs 100-86 lors de l'acte IV de la finale des play-off de LNA, les Lions de Genève se sont offert le droit de disputer une ultime partie décisive à Lugano vendredi soir.
Les Genevois n'ont cette fois-ci pas tremblé. Même lorsque le score n'était que de 75-71 en leur faveur (33e minute). Un frisson a tout de même dû parcourir l'échine de leur entraîneur Nebojsa Lazarevic. Et alors que l'on voyait les Tessinois revenir et coiffer les Genevois à l'expérience, ces derniers ont retrouvé la verve qui les animait en début de partie. De quatre points, l'avance est passée à seize unités (89-73) en quatre minutes. Et le sort de la partie était scellé.
"Nous avons joué en équipe, analyse l'ailier genevois Jules Aw, auteur de 22 points. Nous savions que nous pouvions les battre, comme lorsque nous avions gagné le deuxième match au Tessin (100-79). Il nous fallait imposer notre rythme dès le départ."
Le rythme, les Lions l'ont imprimé dès l'engagement en prenant rapidement un avantage de 11 points (13-2 après 3'). Du côté luganais, seuls Mohammed Abukar et Dusan Mladjan ont surnagé en enquillant 28 des 40 points de leur équipe en première mi-temps. Contraint de composer sans son meneur Chris Dunn, blessé, le coach genevois Nebojsa Lazarevic a pu compter sur une prise de conscience du reste de l'équipe. De Buscaglia à Aw, de Barnette à Tony Brown, tous ont privilégié le collectif.
"Contre Lugano, on peut prendre 10-0 en un rien de temps, commente Nebojsa Lazarevic. La clef du match, ce sont les rebonds. C'est là que l'on remporte la partie (réd: 39 prises à 29)." Et aussi grâce à la maestria de Tony Brown, artificier en chef et responsable de pas mal de maux luganais avec 30 points dans sa besace.
Tout le monde se tournait vers l'acte V de vendredi, ultime combat de la saison. "Du 50-50, ose Nebojsa Lazarevic. Tout se jouera au mental. On n'a plus rien à dire dans ces moments-là." Au niveau de l'expérience, les Luganais ont l'avantage puisqu'ils sont les champions sortants et qu'ils ont déjà fait main basse sur la Coupe de Suisse et la Coupe de la Ligue cette saison. Le coach de Lugano Randoald Dessarzin n'avait qu'un mot pour annoncer le match de vendredi: "défense".

ATS