Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le suspense demeure en finale de LNA messieurs. Vainqueur 78-65 de l'acte IV, Union Neuchâtel est revenu à 2-2 dans la série qui l'oppose à Fribourg Olympic.

Mené 2-0 après les deux parties initiales à St-Léonard, Union a refait son retard en trois jours dans sa salle de la Riveraine. Mais si les hommes de Manu Schmitt ont eu la vie facile samedi (82-68), ils ont dû cravacher mardi soir pour égaliser, eux qui n'ont forcé la décision que dans les cinq dernières minutes.

Les Neuchâtelois ont certes été les premiers à créer des écarts intéressants: 12-4 à la 7e minute, 26-20 à 15e. Mais rattrapés par la nervosité, coupables de nombreuses balles perdues, ils ont laissé à chaque fois Olympic revenir. Des Fribourgeois qui n'en demandaient pas tant et qui ont même viré en tête à la mi-match, comptant jusqu'à huit points de marge (34-42 à la 23e).

Neuchâtel a toutefois la chance de s'appuyer sur des individualités de premier plan. A commencer par Tony Brown, particulièrement en verve mardi avec 26 points. L'Américain s'est montré décisif dans les ultimes minutes, à l'image de ce tir primé (62-58, 35e) ou de cette fulgurante pénétration (69-60, 38e).

Outre Tony Brown, les colosses Babacar Touré (13 points/11 rebonds) et James Mathis (14/14) ont aussi joué un rôle crucial dans la raquette. De quoi offrir une victoire méritée aux Neuchâtelois, eux qui ont beaucoup mieux négocié le "money time".

A l'inverse, les Fribourgeois n'ont quasiment pas existé en fin de match. Ne sont-ils pas restés "muets" pendant 3'36 au cours des cinq dernières minutes ? Et contrairement à Union, Olympic n'a pas pu compter sur ses leaders, à l'image par exemple de Derek Wright, Roberto Kovac ou Westher Molteni, trop maladroits pour un match de cette importance.

Après deux rencontres à Neuchâtel, la série repart vendredi en terres fribourgeoises pour un acte V qui promet beaucoup. Olympic profitera-t-il de l'avantage du terrain pour reprendre la main ? Union surfera-t-il sur la confiance de ses deux derniers succès ? Impossible de le dire tant cette finale s'annonce incertaine jusqu'au bout.

ATS