Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des inégalités criantes existent dans le financement des campagnes d'élections et de votations fédérales, confirme une étude publiée mardi. La droite est nettement avantagée par rapport à la gauche. La quantité d'argent investi n'est toutefois pas le seul critère déterminant.

L'étude réalisée par l'institut zurichois sotomo a été commandée par le Département fédéral de justice et police. La forte hausse des moyens dépensés lors des élections fédérales y est confirmée: 28 millions de francs en 2003, 35 millions en 2007, 42 millions en 2011. L'UDC se taille la part du lion.

Entre mai et octobre 2011, le parti a dépensé 13 millions de francs en publicité, selon l'institut Media Focus. Si l'on ajoute les autres dépenses pour des campagnes de votations durant la législature, le total atteint 21 millions.

2,9 millions par votation

Suivent le PLR (respectivement 8,5 et 11 millions), le PDC (5 et 6 millions) et le PS (3,3 et 4 millions). Pour les autres formations, le total sur quatre ans s'échelonne entre 100'000 francs pour le Parti chrétien-social et un million pour les Verts.

Du côté des votations fédérales, 2,9 millions ont en moyenne été investis par objet entre 2005 et 2011. Mais près 70% de l'argent a été dépensé dans dix campagnes. La plus chère (11 millions) a été celle en vue du scrutin de février 2009 sur la libre-circulation des personnes.

Associations économiques

Les moyens ne sont pas également répartis entre les camps en présence. Dans cinq cas sur six, le rapport dépasse le simple au double. Il est même de quatre pour un dans deux tiers des scrutins.

Si l'UDC a le plus gros trésor de guerre, elle ne domine pas pour autant l'arène politique. Le rôle central est joué par les associations économiques qui assurent un soutien au PDC et au PLR en dépensant plus d'argent dans les campagnes que l'UDC.

L'argent n'est pas le seul nerf de la guerre, relativisent les auteurs de l'étude. L'UDC a notamment fait chou blanc en 2008 avec son initiative pour des naturalisations démocratiques malgré une campagne devisée en millions.

ATS