Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sebastien Demont, un des fondateurs de H55, aux commandes de l'aEro 1, prototype d'avion d'acrobatie électrique. H55 développe des systèmes de propulsion électrique pour l'aéronautique et vient de lever 5 millions de francs pour compléter les résultats de Solar Impulse dans le domaine (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

La start-up de Sion H55 a levé cinq millions de francs pour développer des systèmes de propulsion électrique dans l'aéronautique. Une société de capital-risque de la Silicon Valley a contribué à l'apport financier.

H55 travaille sur l'ensemble de la chaîne de propulsion d'un avion, de la source d'énergie à l'hélice. Héritage technologique du projet Solar Impulse, H55 veut poursuivre le développement de solution de propulsion électrique, indique un communiqué de la start-up.

La levée de fonds a intéressé une entreprise de capital-risque de Silicon Valley convaincue par l'avenir de l'électrification des aéronefs, indique le communiqué. L'office fédéral de l'aviation civile et la fondation valaisanne pour l'innovation The Ark, créée en 2004 par l'Etat du Valais, y participent aussi.

Trois anciens de l'aventure Solar Impulse sont aux commandes de la start-up. André Borschberg le pilote, l'ingénieur électricien Sébastien Demont et l'économiste Gregory Blatt. Pour eux, la propulsion électrique est la prochaine révolution en matière d'aéronautique.

Gérer l'énergie

"La gestion de l'énergie est la clef", explique à l'ats Gregory Blatt. H55 n'a pas pour ambition de développer des avions, mais bien des moteurs, des batteries, des systèmes de contrôle.

Pour démontrer les capacités de la propulsion, l'entreprise dispose d'un prototype d'avion électrique d'acrobatie. Mis au point par le pilote d'Air Zermatt Thomas Pfammatter, le champion du monde de voltige en parapente Dominique Steffen et Sébastien Demont, l'aéronef a été présenté à l'automne 2016.

L'origine valaisanne du premier prototype, la présence de l'EPFL et la proximité de l'aéroport ont été déterminants pour le choix de Sion comme siège de H55. La prochaine réalisation de la start-up est l'électrification d'un avion biplace, précise M. Blatt. Les premiers tests débuteront durant l'été sur l'aéroport de Sion.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS