Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les comptes 2011 du canton de Genève présentent un bénéfice net de fonctionnement de 193 millions de francs. Le gouvernement genevois se garde toutefois de verser dans l'euphorie. De sombres nuages bouchent l'horizon et les comptes 2012 plongeront dans le rouge.

Le Conseil d'Etat est tout d'abord préoccupé par l'endettement du canton. "Alors que pendant des années nous avons réussi à financer nos investissements avec les résultats, ce n'est plus le cas aujourd'hui", a fait savoir lundi le grand argentier Davil Hiler. Le canton se trouve obligé d'emprunter, ce qui accroît sa dette.

"Le fait de ne pas pouvoir autofinancer nos investissements aura des conséquences sur ceux-ci", a souligné le conseiller d'Etat François Longchamp. A l'avenir, Genève se permettra au maximum 600 millions de francs d'investissements par année. Actuellement, l'endettement du canton se monte à plus de 11 milliards de francs.

Assainissement coûteux

L'assainissement des caisses de pension de l'Etat est un autre sujet de préoccupation du gouvernement genevois. Les difficultés conjoncturelles ont rendu la manoeuvre encore plus coûteuse. Ainsi, la couverture intégrale des rentes futures des pensionnés actuels, qui est une exigence du droit fédéral, n'est plus assurée.

La détérioration de la situation financière des caisses de pension de l'Etat de Genève va peser de tout son poids sur les comptes 2012. "Nous devrons y inscrire une provision de plusieurs centaines de millions de francs", a relevé M.Hiler. Différentes options sont actuellement étudiées.

Revenus exceptionnels

Le résultat positif des comptes 2011 doit beaucoup à des revenus exceptionnels. Ces derniers ont rapporté quelque 390 millions de francs l'an dernier au canton. Epurés de ces éléments non récurrents, les comptes de l'Etat de Genève affiche un déficit sous-jacent d'environ 200 millions de francs.

En 2012, ces éléments extraordinaires ne seront plus positifs mais négatifs, creusant ainsi le déficit. Un résultat qui enclenchera le mécanisme de lutte contre l'endettement.

ATS